AccueilExpositions"À Bras le Corps" Ève Laroche-Joubert
Retourner à la recherche précédente

"À Bras le Corps"
Ève Laroche-Joubert

Du 22 mai au 8 août
Autres lieux

Commissariat : Clément Nouet

L’exposition "À Bras le Corps" propose une déambulation physique et sensible à travers les œuvres d’Ève Laroche-Joubert. Pour la Scène de Bayssan, l’artiste propose trois nouvelles installations praticables qui flirtent avec la sculpture, la performance, la danse, l’architecture ou encore le design.

Ève Laroche-Joubert est passionnée par le rapport corps-esprit et s’intéresse à la manière dont la conscience physique favorise la créativité. L’artiste s’appuie sur les sens de la proprioception (coordination/spatialité) et de l’équilibre pour concevoir et incarner ses œuvres. Dans ses sculptures, l’artiste aborde des sujets comme la confiance, la prise de risque positive, l’équilibre et le rapport de nos corps à la gravité terrestre. D’un point de vue strictement formel, les sculptures monumentales biomorphiques blanches (BodyScapes), les totems (Entasis Dance V) ou les bancs (Here) sont créés à partir de recherches sur le corps et ont toutes une nature intrinsèquement organique. Loin de se décliner de manière immédiatement identifiable et semblable, les œuvres développent à chaque fois des problématiques spécifiques qui, néanmoins, se répondent et se prolongent.

Expérience physique et sensuelle avec l’œuvre mais également expérience mentale puisque l’œuvre perturbe nos certitudes de toute perception de l’espace, de la forme et notre comportement. Par l’expérimentation que demande ses sculptures, Ève Laroche-Joubert interroge ainsi l’échange social habituel et propose des gestes plus énigmatiques, plus insaisissables ; et son désir d’inventer d’autres modalités de présence à l’autre et à soi. Par l’engagement de leur corps en mouvement, les visiteurs font apparaître une composition spatiale individuelle, voire collective. Les postures des corps et les caractéristiques des gestes conduisent à faire surgir des spatialités propres, qui dépendent de l’amplitude du geste et de la forme du mouvement. Leur nature varie en fonction de l’intensité, du rythme et de la vitesse. Concentré ou expansif, en rond ou ligne droite, doux ou incisif, directionnel ou diffus… toute une palette qualitative de gestes est susceptible d’animer les sculptures « Le mouvement est pour ainsi dire une architecture vivante ». (Rudolf Laban, "Espace dynamique, Nouvelles de danse, Contredanse", Bruxelles, 2003, (Choreutics, Macdonald & Evans, London, 1966), trad. Elisabeth Schwartz-Rémy, p. 76.)

Les œuvres-expériences d’Ève Laroche-Joubert ont une exigence première qui est acte et pensée concrète s’inscrivant dans la matière en tant que forme, signe et figure. Les dispositifs permettent plutôt une prise de conscience, expression indéterminée mais nécessaire qui prend naissance au sein d’une expérience autant intuitive que concrète. C’est uniquement après coup que l’œuvre devient exploration et questionnement, rencontre et connaissance. Il n’y a pas de hiérarchie entre le corps et l’esprit, il n’y a pas de pensée sans corps ni de corps sans pensée. Les œuvres d’Ève Laroche-Joubert sont une expression de l’intelligence des corps.

Ève Laroche-Joubert
Diplômée de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et de l’École Nationale Supérieure des Arts Appliqués Olivier de Serres, Ève Laroche-Joubert travaille dans la tradition de l’artiste-ingénieur à l’intersection de la sculpture, la performance, la danse, l’architecture et le design.
Artiste franco-américaine née à Nancy en 1975, Ève vit et travaille à Sète depuis janvier 2018 après vingt années passées à New York où elle a conservé un atelier et continue de développer ses projets. À travers ses sculptures biomorphiques blanches aux formes rondes et ses performances sur des structures cinétiques, jouant de poids et contrepoids, elle nous parle de conscience.
Si Ève est une artiste visuelle de facto, elle s’appuie sur les sens de la proprioception (coordination/spatialité) et de l’équilibre pour concevoir et incarner ses œuvres. Lors de performances vivantes, les structures qu’elle fabrique s’animent et se transforment sous l’action de danseurs professionnels, d’elle-même ou, plus récemment, du public.

Infos pratiques

Scène de Bayssan
Hérault Culture

Route de Vendres
34500 Béziers

Exposition à ciel ouvert
Gratuit

Aller plus loin

Événements

Partager :

Ève Laroche-Joubert, "Entasis Dance V", 2021. Bois, résine époxy et fibres de verre, acier inox, 310 x 112 x 100 cm. Courtesy de l'artiste. Photographie : Ève Laroche-Joubert. Ève Laroche-Joubert, "Entasis Dance V", 2021. Bois, résine époxy et fibres de verre, acier inox, 310 x 112 x 100 cm. Courtesy de l’artiste. Photographie : Ève Laroche-Joubert.
Ève Laroche-Joubert, "Entasis Dance V", 2021. Bois, résine époxy et fibres de verre, acier inox, 310 x 112 x 100 cm. Courtesy de l'artiste. Photographie : Cécile Garou. Danseuse, Julie Laporte. Ève Laroche-Joubert, "Entasis Dance V", 2021. Bois, résine époxy et fibres de verre, acier inox, 310 x 112 x 100 cm. Courtesy de l’artiste. Photographie : Cécile Garou. Danseuse, Julie Laporte.
Ève Laroche-Joubert, "Entasis Dance V", 2021. Bois, résine époxy et fibres de verre, acier inox, 310 x 112 x 100 cm. Courtesy de l'artiste. Photographie : Cécile Garou. Danseuse, Julie Laporte Ève Laroche-Joubert, "Entasis Dance V", 2021. Bois, résine époxy et fibres de verre, acier inox, 310 x 112 x 100 cm. Courtesy de l’artiste. Photographie : Cécile Garou. Danseuse, Julie Laporte
Ève Laroche-Joubert, "BodyScape. Au Creux d'une Épaule", 2021, résine polyester et fibres de verre, bois, 139 x 480 x 265 cm. Courtesy de l'artiste. Photographie : Ève Laroche-Joubert. Ève Laroche-Joubert, "BodyScape. Au Creux d’une Épaule", 2021, résine polyester et fibres de verre, bois, 139 x 480 x 265 cm. Courtesy de l’artiste. Photographie : Ève Laroche-Joubert.
Ève Laroche-Joubert, "Here", 2020-2021. Bois et acier, longueur 270 cm. Édition de 120 exemplaires. Courtesy de l'artiste. Design protégé © Ève Laroche-Joubert 2020. Photographie : Ève Laroche-Joubert. Ève Laroche-Joubert, "Here", 2020-2021. Bois et acier, longueur 270 cm. Édition de 120 exemplaires. Courtesy de l’artiste. Design protégé © Ève Laroche-Joubert 2020. Photographie : Ève Laroche-Joubert.