Mrac OccitanieAgendaConcert- Performance de Silvère Jarrosson & Théotime (...)
Retourner à la recherche précédente

Concert- Performance de Silvère Jarrosson & Théotime Langlois de Swarte

Performance
Samedi 18 septembre - 15h

Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine.

Lorsque commencent les premiers accords de cette performance, une interrogation naît entre Théotime Langlois de Swarte et Silvère Jorrosson. Qui guide l’autre exactement ? Préparé à l’avance, le déroulé précis reste délibérément livré aux aléas et à la spontanéité des deux artistes. Ce n’est pas seulement un duo qui est proposé ici, dans lequel les deux protagonistes s’exprimeraient l’un à côté de l’autre, mais plutôt une démonstration du lien infaillible qui unit la musique à la peinture. Pour Théotime Langlois de Swarte, le choix de la 2e partita de Jean-Sébastien Bach s’est révélé en voyant la peinture de Silvère, ressentant une similarité avec la musique de Bach.

Théotime Langlois de Swarte, Révélation Soliste Instrumental aux Victoires de la musique classique 2020, a commencé très jeune ses études de violon au Conservatoire à Rayonnement Régional de Perpignan, puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. C’est un violoniste passionné et éclectique dont le répertoire s’étend du baroque à la création contemporaine. Tant en soliste qu’en musique de chambre, il recherche avant tout avec le violon le son qui se rapprochera le plus du chant, de sa vocalité, de sa facilité à franchir les siècles et les répertoires. Pour lui, sortir la musique des salles de concerts traditionnelles et la mêler à la peinture est une façon de rappeler qu’elle est plus actuelle que jamais. Lauréat de la Jumpstart Foundation, Théotime Langlois de Swarte joue sur un violon de J.Stainer de 1665.

Pour Silvère Jarrosson, qui a commencé par danser à l’Opéra de Paris, faire de la réalisation d’une œuvre un spectacle vivant, est une façon de rapprocher sa pratique de la peinture de celle de la danse. Soudainement et définitivement empêché de danser par une grave blessure, dont les séquelles physiques sont durables, la peinture s’est progressivement imposée à lui comme une façon de danser, différemment.
Son propos, en peinture, consiste principalement à exprimer l’idée du mouvement, la mémoire qu’il en a et ce qui en découle. Il travaille dans une sorte d’aller-retour permanent entre mouvement dansé et mouvements picturaux. Le rythme et la musique sont donc pour lui un procédé créatif plutôt qu’un sujet de représentation. Les projections de peinture auxquelles il a recours n’engendrent pas les mêmes résultats en fonction du tempo qu’il leur insuffle, et c’est pourquoi ce que jouera Théotime viendra réellement interférer avec la réalisation de l’œuvre et le résultat final.

Informations pratiques

Gratuit
En savoir plus sur le plasticien Silvère Jorrosson


En savoir plus sur le violoniste Théotime Langlois de Swarte

Partager :