MRAC
< / >

31 janvier 2014 - 19 avril 2014

Nicolas Daubanes

[Fe]. Œuvres de l'artiste en regard des travaux réalisés par les personnes détenues du centre pénitentiaire de Béziers.

Le Mrac, dans le cadre de ses missions de démocratisation de la culture, permet au plus grand nombre de découvrir l’art d’aujourd’hui grâce à des actions d’initiation et de sensibilisation à l'art contemporain. Il propose des activités adaptées à tous les publics et en particulier à ceux qui ne peuvent avoir accès à la culture ou en sont éloignés en raison de leur situation, soit liée à la maladie, soit à l'isolement ou à l'enfermement comme les personnes incarcérées.

Dans le cadre du programme « Culture-Justice », depuis deux ans, le musée initie des actions avec le centre pénitentiaire de Béziers. Des visites au musée pour les personnes détenues bénéficiant de permissions de sortie ont été mises en place, leur permettant de découvrir l’art contemporain à travers les collections et les expositions temporaires du MRAC. Des interventions d'artistes ont également été proposées.
En 2011, deux artistes, Nicolas Daubanes et Pablo Garcia, ont réalisé des ateliers avec les personnes détenues qui ont donné lieu à une édition. En 2012, l'artiste Nicolas Daubanes a proposé à nouveau un atelier.
En 2013, c'est l'artiste Reno Leplat-Torti qui est intervenu donnant lieu à une exposition au MRAC intitulée « Paňos, art carcéral chicano, Collection de Reno Leplat-Torti, en regard des productions des personnes détenues du Centre pénitentiaire de Béziers », présentée du 6 avril au 7 mai 2013 et qui a donné lieu à une édition.

Le 2 octobre 2013, une convention de partenariat culturel a été signée entre le MRAC à Sérignan, le Service Pénitentiaire d’Incarcération et de Probation de l’Hérault à Montpellier, la Direction Interrégionale des Services Pénitentiaires à Toulouse, le centre pénitentiaire de Béziers et la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Languedoc-Roussillon à Montpellier. Un des objectifs prioritaires de ce partenariat est de favoriser l'accès à l'art et à la culture aux personnes placées sous main de justice et en particulier par « le recours à des artistes confirmés et à des professionnels du champ culturel pour éviter que se développe une culture proprement pénitentiaire ».

Du 16 au 20 avril 2012, l'artiste Nicolas Daubanes a proposé aux personnes détenues du centre pénitentiaire de Béziers un workshop, intitulé « Paysages mémoriels ». Cet atelier a été conçu dans le cadre de son exposition « Temps mort » présentée au centre d’art Le Lait à Albi du 20 janvier au 8 avril 2012 et de l’exposition « Yves Bélorgey, Peintures sur dessins » présentée du 11 mars au 10 juin 2012 au Musée régional d’art contemporain.
Alternant recherche et pratique, l'atelier s'est articulé autour du paysage et de l’architecture : le paysage mémoire, mental ; l'approche de la notion de paysage, naturel et urbain ; l'approche de la perspective, la construction d’un espace, les points de fuite ; la cartographie, le plan ; l'architecture et l'utopie architecturale. L'atelier a permis l'exploration d'un procédé de dessin inédit. Les personnes détenues ont cherché au travers de catalogues et de photographies une image de lieu ou de paysage à exploiter.
Dans un second temps, sur plusieurs séances à l’aide de feuilles de calque, de crayons et de marqueurs ils ont procédé à un travail de dessin. L’idée était d’obtenir une image très graphique, proche d’un dessin vectoriel. Une fois le motif obtenu, ils ont réalisé un travail de découpe dans une feuille « magnétique » ensuite disposée sur une plaque de métal. Ce n’est qu’après le dépôt d’une feuille de papier blanc sur le dessin en « découpe » dans la feuille « magnétique », que peut être répartie la limaille. Cette « poudre » vient alors se plaquer uniquement sur les surfaces de papier en relation avec les parties magnétisées révélant ainsi le dessin. Une fois installé à la verticale, le spectateur ne perçoit qu’une surface de papier sur laquelle un nuage de poussière ferreuse vient dessiner un tracé, une forme. Ce nuage peut être plus ou moins épais, plus ou moins épars suivant le mode d’application. L’aimantation pose le dessin en suspension. Lorsque la feuille est séparée des aimants, ce dernier disparaît, la poudre de métal tombe en ne laissant aucune trace sur le papier, rendant par nature le dessin fragile et éphémère.

Nicolas Daubanes investit des questions essentielles comme la vie, la mort, la condition humaine et les formes sociales qui les façonnent. Dans ses derniers travaux, la vitesse, la fragilité, la porosité, l’aspect fantomal des images et des matières, transmettent la pression du passé au croisement de ce qui va advenir. Son travail s’inscrit dans la durée, il dessine un chemin. De ses premières réalisations à celles d’aujourd’hui une évolution certaine s’est formée, une trajectoire qui tend vers la recherche de la liberté, du dégagement de la contrainte. Il tâche d’expérimenter l’intensité et la rigueur, joue avec le danger, mental, visuel, physique, pour renforcer l’énergie créatrice et en transmettre la force.

L'exposition [Fe] réunit des dessins de l'artiste (quatre) et les productions (vingt) réalisées par les personnes détenues du centre pénitentiaire de Béziers à l'occasion de son workshop.
(présentée à la librairie du musée)

logos
Mentions légales
Plan du site

Actualités

2015, La Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées