MRAC
Didier Marcel

Didier Marcel

Né(e) en 1961
à Besançon
Dijon

La démarche de Didier Marcel est le fruit d’une réflexion sur notre environnement quotidien, qui procède toujours d’un rapport très personnel à la banalité. L’artiste prélève des fragments de paysages façonnés par l’homme, puis les reproduit artificiellement avant de les replacer dans l’architecture épurée du musée. Véritables ersatz de nos forêts, ses sculptures interrogent les rapports entre nature et culture, sachant que toute géographie, toute nature est marquée de son environnement temporel humain. Dans l’ensemble de sa pratique artistique, Didier Marcel ne s’approprie pas le matériau. A contrario, il emprunte ce dernier pour le mettre en commun. Ainsi, les objets de l’installation servent de tremplin de réflexions autour des notions de positions et de tailles. Cette prise de conscience permet de s’apercevoir de la variabilité des échelles et de l’instabilité de l’ensemble du projet. L'approche de Didier Marcel propose une vision singulière de l'espace. Ce n'est plus au spectateur de contourner la sculpture mais c'est tout un dispositif qui se déploie autour de lui dans le lieu d'exposition. Dans le périmètre de son regard, il découvre une œuvre qui lui suggère un autre rapport à son environnement. En effet, si celui-ci, urbain ou naturel, est souvent conçu comme cadre au sein duquel nous évoluons, il s’inscrit dans une relation « intérieur/extérieur » ou bien dans celle de «contenu/contenant». En employant des objets qu'il redimensionne, Didier Marcel bouleverse l'ordre des choses et leur localisation dans l'espace social. Il porte une attention particulière à régler la relation au sol, à s’inscrire dans un espace, à instaurer des limites, à réduire les distances, à appeler le regard et à inciter à la déambulation. C’est ce que l’on retrouve dans le projet pour le musée Régional d’Art Contemporain à Sérignan où l’artiste ouvre la possibilité du récit et invite le spectateur à faire partie intégrante de l’œuvre. Une forêt de champignons lumineux qui place le spectateur tour à tour devant un paysage puis au centre même d’un tableau pour laisser apparaître des ouvertures autant à l'œil qu'à l'imagination.
Didier Marcel a été lauréat du premier Prix de la Fondation d’entreprise Ricard en 1999. Plusieurs expositions personnelles lui ont été consacrées, notamment au MAMCO de Genève (2005), au Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg (2006), au MUDAM Luxembourg (2009), au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (2010).

Haut de page
logos
Mentions légales
Plan du site

Actualités

2015, La Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées